Sur de Tailandia ( 1 ) – Koh Phi Phi y Koh Lanta

Ao Maya (Playa en Phi Phi Ley)

Ao Maya (Playa en Phi Phi Ley)

 

 

Après une semaine à Bangkok, on prend un avion pour aller directement à Krabi, et de là aller voir ces fameuses îles paradisiaques de la mer d’Andaman.

Sans s’arrêter à Krabi, notre première étape fût Koh Phi Phi (prononcé pipi) qui est en fait composé de deux îles principales entourées de plusieurs îlots. Une seule des îles est habitée, Phi Phi Don, et son village, Tonsaï, est assez infernal… Mais c’est avant tout le paysage de la région qui nous a impressionné. Et Victor ne peut s’empêcher de vous faire une explication scientifique sur ces formations karstiques qui émergent de l’eau de manière si spectaculaire… en gros cherchez sur Wikipedia 🙂

Nous sommes donc allés à Koh Phi Phi pour faire de la plongée et passer le brevet PADI pour pouvoir (soi-disant, moi je m’en sens pas) plonger partout dans le monde sans moniteur… Plonger c’est quand même assez dangereux et j’ai découvert un tas de nouvelles manières de mourir…! Mais ça ne nous a pas arrêté pour autant, les eaux de koh Phi Phi sont spectaculaires et ça vous donne l’impression de plonger dans votre vieille télé pas écran plat, quand vous regardiez Nemo ou la petite sirène 😉 Si vous trouvez des zones encore peu polluées, les eaux sont assez calmes et limpides pour avoir une parfaite visibilité. Mais si vous voulez en profiter, dépêchez-vous car à ce rythme, dans quelques années il ne restera vraiment plus grand chose à voir de la biodiversité du milieu… Nous avons fait quatre immersions sur deux jours, et on a vu des centaines de poissons multicolores, même des requins (sur le moment j’avais pas réalisé, mais c’est mieux comme ça!) et une tortue énorme!! qui nageait paisiblement entre les rayons du soleil qui transperçait l’eau… (ma préférée de tous!!) Et quand vous sortez la tête de l’eau, vous êtes entourés par des plages magnifiques surmontées de roches impressionnantes. On n’a malheureusement pas de photos sous-marines, et même s’ils louent des appareils photos pour aller sous l’eau, on était bien trop concentrés sur tout notre matériel et les exercices à faire pour prendre des photos! Le plus flippant c’est quand il faut enlever et remettre son masque à 12 mètres de profondeur ou encore quand l’instructeur ferme la bouteille d’air et on se retrouve à étouffer jusqu’à trouver le câble de secours du voisin… donc pour les images vous regarderez Ushuaia 😉

Le problème dans ce paradis (y’en a un? me direz-vous!) … c’est le tourisme de masse! (et nous qui y participons…) Et bien sûr les habitants qui font tout pour soutirer l’argent des touristes au prix de détruire tout ce qui les entoure. Après le tsunami de 2004, une grande partie des îles ont été dévastées mais ça n’a malheureusement pas impulsé un nouveau modèle de développement… Le village de Tonsaï est un amoncellement de restaurants, d’hôtels et de bars où l’acool pas cher coule à flot pour alimenter les longues nuits de ces touristes en marcel, avec le logo d’une grande marque de bière et la casquette à visière plate sur le côté qui crie « amaziiiing bro »… vous voyez le genre?! Et puis bon, on ne vous parle pas de la drogue et oh mon dieu, surtout du problème des déchets que déversent chaque jour une telle quantité de touristes peu scrupuleux… Bon, chacun fait ce qu’il veut, mais le problème c’est que sur une île, pas facile d’éviter ce genre d’énergumènes qui écoutent du BOUM BOUM à n’importe quelle heure du jour et de la nuit! Et surtout imaginez comment vous reçoivent les habitants de l’île qui veulent votre argent, mais pas non plus avoir trop à faire avec vous…! Nous voilà donc bien tristes au pays des îles paradisiaques!!

En plus à Koh Phi Phi, la haute saison correspond à la saison sèche, il n’y a donc pas beaucoup d’eau disponible. Si vous ajoutez à cela des égouts à ciel ouverts ou mieux, qui circulent dans les caniveaux de chaque côté de la rue, des déchets parsemés par-ci par-là, des poubelles entassées dans un coin, et des gens bourrés qui pissent par dessus tout ça… ça vous donne une idée de à quoi ressemblent les quelques rues qui forment le village de Tonsaï. Les odeurs y font la loi, un peu de pipi, un peu de vomi, un peu de bière (éventuellement vomie), hmmm ça vous fait un mélange explosif!

L’île n’est pas préparée pour recevoir autant de personnes à la fois. Heureusement, nous avons eu de la chance et nous avons pu trouver une charmante petite Guest House dans la rue tranquille. Mais il ne faut pas se fier aux apparences et aux prix (c’était un peu cher), nous nous sommes réveillés au milieu de la nuit à cause d’un gros cafard qui avait décidé de se promener sur moi… et le lendemain matin, Victor avait les pieds recouverts de piqûres de « punaises de lit » (bedbugs=… On a plié bagages et trouvé un autre petit bungalow qui payait pas de mine mais où on a super bien dormi, na!

Après le brevet et les révisions, moment de détente avec nos collègues de plongée, Feng et Sway de Hollande. Nous avons loué un bateau tôt le matin pour aller voir ces paysages rendus célèbres par le film « La Plage » avec Di Caprio. (on n’a jamais vu le film, mais on y était!) Là c’était vraiment paradisiaque, on vous laisse apprécier les photos.
Après Koh Phi Phi, nous avons décidé d’aller sur une île plus tranquille et nous avons fait cap sur Koh Lanta. Les paysages y sont moins impressionnants, mais il y a de belles plages et une vue sur le coucher de soleil pas mal du tout. A Koh Phi Phi, nous avons fait la connaissance de Daniel et Aurora que nous avons retrouvé à Koh Lanta. Avec eux et d’autres Espagnols en voyage de noce connus en route , nous avons loué une moto et fait le tour de l’île. Nous avons donc roulé prudemment sur notre scooter (bah oui y’a une première fois pour tout!) jusqu’à l’extrême sud où il y a un parc national sympathique mais vraiment cher pour ce que c’est. On a aussi marché jusqu’à une grotte et une cascade, mais vu la sécheresse c’était plutôt un petit ruisseau, et surtout il y avait juste devant un amoncellement de bouteilles en plastiques…

Le lendemain nous sommes partis en excursion avec la même équipe, vers « les 4 îles  » comme ils l’appellent, car c’est faire le tour de 4 îles différentes, logique 🙂 Nous avons vu une île pleine de chauve-souris, un campement de hippies dans une grotte inaccessible, on  a plongé avec nos masques et nos palmes et on a traversé une grotte en nageant pour accéder à une plage où les pirates cachaient leurs trésors dans le temps, la « grotte émeraude », entourée à 360° par des falaises, dont le seul accès est par la grotte 🙂
Nous allions donc rentrer à Lanta après une ultime visite… mais quelque chose fit que nous ne sommes jamais rentrés…

 

Tras una primera semana por Bangkok, pillamos un vuelo a Krabi, desde donde partimos a las famosas islas del mar de Andamán.

Nuestro primer destino fue Koh Phi Phi, que en realidad son dos islas más varios islotes. Sólo una de ellas está habitada, Phi Phi Don, con un pueblo bastante infernal, llamado Tonsai. Luego explicaremos por qué nos pareció infernal. Tanto Koh Phi Phi como la franja costera enfrente, cerca de Krabi, están llenas de formaciones kársticas espectaculares. Para los que no sepan lo que es el karst, que si no recuerdo mal, todos estudiamos en la EGB, hay wikipedia y también Vickypedia: Va a ser el momento Vickypedia menos técnico de cuantos recordáis, sólo diré que estas formaciones kársticas son unos pedazo pepino de roca que emergen de la nada, al estilo de los cuadros de los restaurantes chinos. Creo que con eso no necesitaréis buscarlo en Wikipedia 🙂

En Koh Phi Phi, lo más destacable que hemos hecho ha sido bucear. Nos hemos sacado además el certificado PADI, que te permite bucear sin instructor en todo el mundo (bucear es potencialmente muy peligroso… en ningún sitio te alquilarán material de buceo si no estás certificado). Los fondos marinos de Koh Phi Phi son espectaculares, muchos arrecifes de coral calman las aguas y las mantienen suficientemente quietas como para que no la arena no se levante con el oleaje, así que la visibilidad es magnífica. Y, aunque estamos seguros de que ha ido a peor (se acerca la explicación sobre el lado infernal de Koh Phi Phi), todavía hay una biodiversidad enorme. En cuatro inmersiones hemos visto todo tipo de peces de colores, tiburones e incluso una tortuga enorme! Además, el paisaje de las islas es también espectacular, con pequeñas playas y picos al lado.

Qué tiene esto de infernal, diréis. Suena como el paraíso, no? Lo infernal es que esta isla ha sido prostituída al turismo de masas. En el pueblo se amontonan restaurantes, alojamientos, bares con alcohol barato y fiestas interminables, y turistas a lo hooligan descamisados, bebiendo a todas horas, llenando todo de basura, y por qué no, drogándose hasta el fin, porque si no uno no se puede divertir. En realidad no tenemos nada especial en contra de esto, simplemente nos parece un poco estúpido y huimos de ello en este viaje. Problema. Estás en una isla, no puedes huir tan fácilmente! Música BUM BUM  a todas horas de la noche, gente hablando fuerte en la calle… y los lugareños algo hartos de este tipo de turista, pero a la vez abriéndose de patas cuando el turista saca la billetera. Mucha gente con muy mal humor, y mucha gente con buen humor pero con la que quieres guardar distancias. Mal negocio para nuestro estilo de viajar!

En Koh Phi Phi, además, la temporada alta coincide con la época más seca, así que no hay mucha agua disponible. Si a esto le sumas que el alcantarillado va por la superficie en pequeños canales nauseabundos, y que a la gente no le sabe mal tirarlo todo al suelo o mear donde sea, el resultado es un pueblo pequeño, con poco más de 5 calles, y en 4 de las cuales huele a meado, vómito, cerveza agriada (o quizás vomitada), y hay mucha gente pasada de rosca. Además de que a cada paso te asalta algún « relaciones públicas » de algún bar! A decir verdad, el verdadero problema se podría reducir a que esta isla debería poder albergar la mitad de gente que alberga, pero el dinero ha llegado antes que el desarrollo, y no es fácil resistirse. Por suerte, pudimos encontrar alojamiento en la calle tranquila. Por desgracia, en nuestro primer alojamiento, algo más caro ya que queríamos confort, a pesar de lo bonito del sitio, nos despertamos en la noche porque a Helo le recorrió el cuerpo una simpática cucaracha. A la mañana siguiente yo tenía picaduras de chinches. Nos fuimos a otro sitio más barato y más básico y resultó ser mejor en este aspecto. En Koh Phi Phi, pagar más no es garantía de nada! Bucear en Koh Phi Phi fue muy bonito. La isla es bonita. Pero no volveríamos si sigue así. Desgraciadamente no cambiaron de dirección tras la tragedia del tsunami…

El último día estuvo mejor: pillamos un barco junto con Feng y Swai, dos compañeros del curso de buceo, holandeses de origen chino (curioso, hablaban holandés entre ellos y chino con sus familias). Nos fuimos a dar la vuelta a Phi Phi Ley, la otra isla, gracias a dios deshabitada y protegida. Es un lugar mágico. Absolutamente impresionante… Fue en una de sus playas, en Ao Maya (Ao = Bahía), donde se rodó la famosa película de La Playa. No me extraña nada que eligieran este lugar. Sin palabras! A la vuelta paramos en la bahía de los monos, ya en Phi Phi Don, la isla habitada. Son animales graciosos. Y cabrones. Muy cabrones.

De ahí fuimos a Koh Lanta. Una isla mucho más tranquila aunque con paisajes mucho más modestos. Koh Lanta tiene algunas buenas playas para zambullirse o para ver el atardecer en la playa o la terraza de algún bar. Nos quedamos un par de noches allí y planeábamos una tercera, pero algo se topó en nuestro camino 🙂 En Koh Phi Phi habíamos conocido a dos españoles, Daniel y Aurora, y quedamos con ellos en Koh Lanta para alquilar una moto y darnos una vuelta por la isla. Ellos habían conocido a otra pareja, Sergio y Raquel, con lo cual fuimos una tropa de 6 en 3 motos. El paseo estuvo divertido, llegamos hasta el extremo sur, donde hay un parque nacional, para el que se paga entrada, pero que no vale mucho la pena. También fuimos a una cascada y una cueva que había justo antes. Temporada seca = poca agua en la cascada. Pero lo pasamos bien.

Tras una cenita y un rato en la playa decidimos contratar al día siguiente un circuito para « las 4 islas », que son, efectivamente cuatro islas más pequeñas, en las cercanías de Lanta. Vimos más peñascos kársticos con murciélagos colgando de todas partes, un asentamiento de gitanos del mar, buceamos con tubo y aletas en un par de sitios con buena vista, y cruzamos un acantilado por una cueva para llegar a una impresionante cueva interior, llamada la gruta esmeralda. Un lugar muy impresionante, con una mini playa en la que estás rodeado de 360 grados de acantilado, sólo se puede salir por la cueva al mar… o escalando! Ya nos disponíamos a regresar a Lanta cuando ese « ALGO » se topó en nuestro camino…. pero eso ya toca en el siguiente artículo 😉

Publicités
Catégories : Tailandia, Uncategorized | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :